Flûte de pan électro-pneumatique

pour orgue à lecture cartons + cartes


Pour ceux qui souhaitent construire ou modifier un orgue capable de lire des cartons ou des cartes à mémoire, se pose le problème de l'insertion, dans les tubes de commande des soupapes, des solénoïdes alimentés par l'électronique. Ceci nécessite l'introduction de tés de dérivation et d'obturer la flûte de pan avec un morceau de carton en mode électronique.

Voici une flûte de pan supportant les solénoïdes et munie d'un système d'obturation. Les dimensions sont plus grandes que pour une flûte simple mais permettent quand même un écartement réduit du rouleau d'entrainement de 40 mm. L'encombrement vertical ne pose pas de problème car il y a un espace suffisant entre le chemin de carton et le dessus de la réserve.


La coupe transversale.



Les obturateurs sont 2 plats en laiton percés au pas de 8.4 mm  qui se déplacent longitudalement et agissent comme un registre. Sauf  l'entrée et la sortie (3,2 mm), les autres perçages sont agrandis pour éviter les pertes en charge.

Sur ce dessin on voit le chemin de l'air dans les 2 configurations.

en rouge : le circuit en mode "carton", l'obturateur est ouvert
en bleu   :  le passage de l'air en mode "carte", l'obturateur est fermé.

Les bobines

Afin d'éviter le perçage un peu délicat des flaques des bobines pour y insérer les pinoches de connexion, j'ai pensé à les souder en CMS (composant monté en surface) sur les plaques support en époxy. Pour ce il fallait des flasques carrées. Elles sont découpées dans du circuit imprimé en carrés de 8 X 8 mm et percées au centre à 4 mm pour y introduire le tube laiton 4 X 3. Ce perçage est réalisé avec un foret de 4 mm sur lequel est fixé un tube 4 X 6 tenu par 2 vis qui serrent dans les goujures du foret. Sur le tube est brasé à l'argent un morceau de lame de scie à métaux qui sera affuté pour servir de trépan.



le but de cet outil est d'obtenir ceci :

 

La partie cuivrée autour du trou va permettre de souder le tube en laiton à l'étain, et sur la partie extérieure seront soudées les extrémités du bobinage et la connexion à la plaque époxy. Sans cette gorge qui enlève le cuivre tout serait en cour-circuit.



Montage.

Les bobines montées sur des plaques dont voici le typon :



chaque plaque est équipée d'un connecteur 2 X 10 pour assurer la liaison avec l'électronique de lecture.


Voici, non terminé, le proto de cette flûte.
Les trous sur le coté sont des trous d'usinage qui seront bouchés par du papier kraft.  Sur la droite, la tirette qui sert à manipuler l'obturateur.






Le résultat


   


En service